236 Messages   
Vous devez saisir des informations valides
Aperçu
Le 16-12-2009 à 22:10:05

cathy Casanova a écrit...


C'est avec une profonde tristesse que je viens d'apprendre le décès de GILLES, ancien collègue de Luanda.

Une grande pensée, pour les enfants et son épouse dans ces moments de tristesse.
Toutes mes plus sincères condoléances

Cathy Casanova
Ancienne Cpe du lycée Alioune blondin de Luanda
Le 16-12-2009 à 21:53:29

Claire et Vincent a écrit...

Chers Patricia, Candice, Benjamin et Thibault,

C'est avec une immense tristesse que nous venons d'apprendre la disparition de Gilles. Nous pensons tres fort a vous et vous souhaitons beaucoup de courage pour continuer a avancer malgre son absence.
Nous ne gardons que des bons souvenirs de tous ces moments passes ensemble a Luanda.

Avec toute notre amitie,
Claire, Vincent, Heloise, Thibault, Mathilde et Apolline.
Le 16-12-2009 à 21:40:08

Dominique Delaporte a écrit...

Bien des années après l'avoir rencontré à Luanda, nous gardons très bon souvenir du personnage attachant qu'était Mr Milewski;

Professeur de Mathématiques très apprécié, nous déplorons sa brutale disparition.

A Madame et aux enfants nous adressons nos condoléances bien sincères.

Famille Delaporte.
Le 16-12-2009 à 16:18:40

LUGON's Family a écrit...

Chère Patricia, Benjamin, Candice et Thibault,
Nous savons que les mots sont bien peu de réconfort face à la douleur de la perte d'un être cher, mais ils servent tout de même à exprimer les sentiments et la peine que nous avons ressentis en apprenant la nouvelle de la disparition de Gilles dans une si tragique circonstance ; mais également et surtout à vous transmettre toutes nos condoléances les plus vives et les plus sincères. Nos pensées vont vers vous.
Najet, Patrick, Oksana et Ilyana LUGON (de Tokyo)

Le 16-12-2009 à 15:49:55

Ali Taleb Farhat a écrit...

Toutes mes condoléances à la famille de Mr.Milewski, je suis vraiment navré de cette disparition si brutale. Courage à tous.
Ali Taleb Farhat

Le 16-12-2009 à 15:24:51

Alice,Sandrine,Pierr a écrit...

Gilles,

Comme te l’a écrit notre collègue Yassine, on ne meurt vraiment que lorsque l’on est oublié.

Toi Gilles tu ne le seras pas.

Comment oublier ce corps qui semblait indestructible, mais si fragile. Si sensible.

Comment oublier ton sourire, ta voix grave et chaleureuse,tes anecdotes du matin, et les blagues de toto qui nous ont tant fait rire.

Comment oublier tes appels à la solidarité lors des grèves, tes tracts drôles et touchants qui en ont laissé plus d’un perplexe.

Gilles tu étais généreux.
La solidarité n’était pas un vain mot pour toi,tu avais reçu en héritage de ton grand père ces valeurs humaines qui ont guidé ta vie.

Ton grand père mineur de fond avait souffert et lutté pour une vie meilleure et jamais tu n’oubliais les plus démunis.

Tu avais à cœur de te battre contre toutes ces injustices.

Tu admirais ceux qui avaient eu le courage de se lever contre l’oppression, de résister, de s’engager.

Tu as dignement porté le flambeau de ton grand père que tu as transmis à tes enfants.

Pour Patricia et toi, Benjamin, Candice et Thibault ont toujours été la prunelle de vos yeux, tu en étais si fier, tu leur donnais tant, et ils te le rendaient bien.

Benjamin perpétue tes valeurs. Son implication auprès d’associations caritatives à Strasbourg et sa volonté politique de modifier le sort de l’Angola où vous avez vécu six ans en témoignent.

Candice et Thibault, le moment venu, sauront suivre la route que tu leur as montrée.

Question éducation, vous avez pleinement réussi sauf sur un point celle du petit dernier Flocon, votre caniche blanc et vous savez bien pourquoi.

Gilles,

tu étais un terrien, tu aimais les montagnes, les forêts de tes Vosges d’adoption, les plantes, les arbres.

Tu le disais, si tu n’avais pas été prof de maths tu aurais été horticulteur.

Ces maths, tu les enseignais avec passion et modestie, et il était plus important pour toi d'apprendre à un minot comment tracer un trait droit avec sa règle
que de résoudre une équation du troisième degré.

A travers les maths, tu leur montrais la vie, simplement.

Tu parlais souvent de chiffres, mais derrière, l'émotion n'était pas loin. Et les mots, la poésie, la musique pourquoi pas.

Tu aimais les belles démonstrations plus que les équations compliquées... un jour, on parlait d’un théorème,de la géométrie dans l'espace, oui, mais avec des ballons et des ficelles...

C'était ces mathématiques là que tu aimais, ces mathématiques là que tu montrais à tes élèves.

Et parfois,s’échappait un couplet d’une chanson de Ferré,une réplique d’un film que tu aimais bien,un petit quelque chose,une idée à transmettre,et les maths prenaient une autre dimension.

Gilles, tu vas nous manquer,

Comme disait Lino Ventura que tu aimais tant : « au revoir L’Ami, au revoir Camarade.»

Alice,Sandrine,Pierre et Thierry.
Lycée Victor Hugo
Marrakech



Le 16-12-2009 à 12:20:36

boisseau a écrit...

très touché toute ma famille présentons nos condoléances. Gilles sera toujours dans nos pensées. nous sommes de tout coeur avec vous .
La famille BOISSEAU
Le 16-12-2009 à 11:23:44

Ait el Haj a écrit...

Patricia,
C'est avec un réel chagrin que nous avons appris la perte de votre époux.
Nour parle chaque jour de votre absence, votre douceur lui manque.
Toutes nos pensées vous accompagnent.
Cordialement,
Séverine Chaperot
La maman de Nour Ait el Haj
Le 16-12-2009 à 10:37:32

Céline VILLETTE a écrit...

Fabien et moi joignons nos pensées à celles de Patricia et de ses enfants.
J'ai eu la chance de bénéficier du tutorat de Gilles comme professeur de maths débutante en Angola. Il a été un maître efficace et attachant et je lui suis très reconnaissante du temps qu'il a passé à partager son expérience avec moi.
Un clin d'oeil affectueux aussi à Benjamin qui a été, pendant ces deux années en Angola, un élève formidable.

Céline

Le 16-12-2009 à 09:45:27

Famille KERSALE a écrit...

Il est difficile de trouver les mots pour vous exprimer notre chagrin. Nous sommes consternés et partageons votre tristesse. Il nous manquera, lui qui nous faisait partager ses aventures en toutes circonstances et laissera un grand vide.
On vous embrasse Patricia, Benjamin, Candice et Thibault; nous sommes de tout coeur avec vous.
Martine, Hervé,Mathieu, Marion et Maurine